Posté par on 12 février 2018

Dernièrement, nous avons pris le temps de refaire notre salle d’étalonnage en ayant pour but d’avoir la meilleure expérience possible. Une des premières questions à laquelle répondre était de savoir comment peindre les murs de la salle. La première réponse qui vient à l’esprit est gris. Pourquoi pas noir, pourquoi pas blanc ? Bon, gris ok ça parait logique nous y reviendrons plus tard, mais des gris il y en a toute une palette. Me voilà parti à la recherche du gris juste pour une salle d’étalonnage.

Premier réflexe, contacter les prestataires techniques habituels qui ont l’habitude d’installer des salles d’étalonnage. Eh bien, pas un seul n’as pu me donner d’indications techniques ou de piste pour trouver le bon gris…deuxième réflexe contacter les fournisseurs de peinture pour la scène ou le cinéma. « – Bonjour, je cherche une peinture grise pour une salle d’étalonnage. – Oui, on a un gris qui va bien pour les studios photo. – Les salles d’étalonnage ? – Non jamais fait… » Bon, c’est guère précis, je ne suis pas convaincu.

Donc comme bien souvent je reprends les recherches à la base.

Première info trouvée, il faut un gris neutre ou gris à 50 % en équivalent vidéo 8 bits, un gris en rvb (128,128,128) ou (127,127,127) selon comment on arrondit 255/2. Et là, première subitilité, on trouve que ce gris neutre à 50% « parfait » est un gris qui possède une réflectance de 18%. La réflectance représente sa capacité à renvoyer la lumière, en l’occurence, renvoyer 18% de la lumière incidente. Ici, je me dis c’est bon je vais aller voir le premier fournisseur de peinture du coin : « – Bonjour, je voudrais un gris neutre, oui un gris à 50%, enfin un gris à 18% de réflectance ;-), ou encore un gris en rvb (127,127,127) » La réponse est réponse est directe « – Non je ne vois pas, vous n’avez pas une référence Pantone ou RAL »

Retour à mes recherches, comment exprimer ce gris « idéal » dans un langage connu du fabricant de peinture. Ces fabricants parlent principalement en Pantone (du nom de l’entreprise qui a créé ce nuancier) ou en RAL (un système de codification des peintures allemand). Ainsi je tombe sur le site suivant : http://rgb.to/ qui transforme n’importe quelle valeur RGB ou Hexadécimale en valeur RAL. Pour des valeurs RGB (127,127,127) j’obtiens un RAL 7037, pour (128,128,128) un RAL 9022. Afin de valider ces valeurs je continue mes recherches. Un contact ayant une charte photo Kodak confirme également le RAL 9022 comme équivalent au gris neutre Kodak à 18 %.

Par ailleurs, je trouve sur le site de FSI, un très bon fabricant de moniteurs, des ressources techniques où il y a même les quantités de pigments à mélanger à une base pour obtenir le bon mélange. Problème pour les fabricants, leur machine peut interpréter un code RAL ou Pantone mais difficilement recevoir les quantités de pigments. Cependant sur le site de FSI, on trouve une autre information intéressante : N5 comme gris de référence. Vérification faite il s’agit d’une valeur d’un autre nuancier de couleur : Munsell, des États-Unis ce coup-ci. Munsell N5 chez FSI, sur d’autres sites, le Munsell N6 est conseillé, or le Munsell N5 équivaut à rgb (117,117,117) ou (124,124,124) selon les sources, le N6 est plus foncé (147,147,147). Cela laisse une zone « juste » relativement grande dans laquelle se trouvent bien les deux valeurs RAL trouvées précédemment.

Cela me permet de confirmer les valeurs que j’ai trouvées mais aussi d’en conclure que finalement il y a plusieurs gris « justes » qui peuvent convenir pour une salle d’étalonnage.

Petite précision par rapport à l’environnement d’une salle d’étalonnage : pourquoi un gris neutre ? L’idée est d’avoir un environnement qui interfère le moins possible avec les images de notre écran calibré. Notre œil perçoit l’intensité lumineuse tout comme les couleurs avec une grande sensibilité relative. Par exemple avec un environnement froid, imaginons une peinture bleue, un blanc ou un gris neutre nous paraitra plutôt chaud, nous risquons de prendre pour blanc, un blanc déjà légèrement teinté de bleu. De même pour la luminosité, une pièce trop lumineuse peut fausser la perception de la luminosité de l’écran. Or les valeurs de luminosité et de couleur sont normalisées selon chaque standard d’image. Par exemple en Rec 709, le blanc est fixé à 6500°K, la luminosité de l’écran à 100 cd/m2 et la norme définit un éclairage environnant conseillé au maximum à 10% de l’intensité maximale de l’écran. Donc si on veut être neutre par rapport à ce standard, il faut que notre gris ne rajoute aucune teinte à notre éclairage qui devra être à 6500°K avec une intensité maximale de 10cd/m2.

Posté dans : Aménagement

Commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire.

Laisser un message

Vous pouvez utiliser ces tags et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*


20 − trois =